LES  COURS

 

Individuels  ou à 2 

Collectifs de 3 à 10

 

Cours, stages enregistrés et filmés

 

A TITRE D'EXEMPLE: Vidéo de la première participation à un concert en tant que soliste, suite à admission à l'Ensemble Sequentiae après audition, d'un chanteur (COGE) après 18 h de séances rééducatives (entre avril et novembre 2018)

27/11/2018    Schubert: Gute Nacht

https://drive.google.com/open?id=1uSEYoSDnMcyQGd0bCVu1FYkNoJ5GdH3Q

 

Echos sur le professeur

PRISE EN CHARGE DE LA FORMATION

PLAQUETTE STAGES

 

 

 

PREAMBULE

 

Attachant  énormément d’importance à la personnalité émotionnelle du chanteur, Graziella GONZALEZ propose une audition informelle en toute simplicité (morceaux au choix ou vocalises), sorte de premier cours afin de permettre à chacun de sonder l’autre y compris sur le plan humain, de voir comment le chanteur réagit aux conseils et comment il participe à l’action.

 

Sans participation active du chanteur pour rechercher personnellement l’application des clefs qui lui sont proposées et qui lui sont propres, rien n’est possible.

 

Si un chanteur ressent le besoin d'un avis autre que celui de son professeur, c'est le signe que, plus ou moins consciemment, il perçoit que quelque chose ne va pas ou ne va plus.

 

 

TOUT CHANTEUR DOIT COMMENCER PAR SE

POSER UN CERTAIN NOMBRE DE QUESTIONS.

 

Seule, l'humilité nous permet de nous remettre en question,donc de progresser et, en conséquence, de durer dans le temps: pourquoi certains conservent-ils une technique parfaite et nous enchanterons jusqu'à la fin (parfois au-delà de 8à ans) et d'autres, chantent toujours mais ne sont plus que le spectres d'eux-mêmes.... à 60 ans (voire bien avant)? 

 

Mais lorsque l'on fait la démarche "d'aller voir ailleurs", parfois, il faut accepter dans un premier temps (plus ou moins long selon les aptitudes de chacun et surtout, les mauvaises attitudes prises antérieurement), d'avoir l'impression de reculer .... voire de ne plus savoir où l'on en est...

 

Paris ne s'est pas faite en un jour et l'on dit couramment, qu'il faut quinze ans pour faire une voix.....

 

 

Concernant les débutants 

 

Chacun peut voir que sont dissociés "souffle", "posture", "pose de la voix" etc, ou présentés comme une sorte de plan de progression de travail.

 

Cela fait sans doute savant mais est incohérent puisque le chant est un acte très simple dont la pose de la voix  etc... ne sont que la conséquence de la façon psysiologique donc qualitative, de prendre  le souffle.

 

Par contre, chaque chanteur possède un organe vocal avec ses possibilités et ses limites.

 

Parfois, au début, n’existent que quelques sons types, c'est-à-dire alliant aisance de diction, pureté du timbre, rondeur …

 

Le travail sur la tessiture (ne pas confondre avec l’ambitus qui est la longueur de la voix) est la base même des futurs aigus et graves.

 

Il ne faut jamais oublier qu’une voix qui n’est pas travaillée de  façon physiologique est en danger ni que, aussi étrange que cela puisse paraître et contrairement à ce que s’imaginent certains chanteurs, une   voix dite « naturelle » ne fonctionne pas forcément « physiologiquement » ou peut très rapidement ne plus fonctionner parfaitement physiologiquement sans que le chanteur ne s’en aperçoive avant une dégradation vocale avancée.

 

En fonction de ce que Graziella GONZALEZ entend, ressent physiologiquement, elle recherche les clefs qui conviennent au chanteur parfois perturbé par un mimétisme pernicieux. Par un travail minutieux et en complicité totale avec lui, elle « piste » cette vérité qui lui est propre.

 

La voix évoluera alors sans aucune « ficelle », en seule fonction de ses possibilités dont on peut quelquefois améliorer les limites. Elle pourra gagner en étendue dans tous les sens, en souplesse, en timbre, en rondeur mais aussi en puissance en rapport avec les possibilités physiologiques du chanteur (ou élève) puisqu’il n’y aura plus aucune entrave.

 

Il n’est pas toujours possible de « classer » immédiatement une voix. Il faut apprendre à accepter de la découvrir, à avoir de la patience et à oser faire part de ses craintes

 

 

Concernant les étudiants chanteurs plus avancés

 

Très souvent, à l’étudiant qui, pendant le cours, se plaint de ressentir une gêne (brûlure au niveau du larynx, petites tensions ou douleurs passagères) ou bien de se sentir fatigué après le cours (souvent caractérisé par une altération du timbre de la voix parlée), il est affirmé que « c’est normal », que « cela disparaîtra avec le temps ».

 

Ces affirmations sont fausses et dangereuses à plus ou moins brève échéance. Les défauts s’acquièrent et s’ancrent particulièrement vite, devenant de véritables (mauvais) réflexes quasiment indélébiles si l’on ne réalise pas très rapidement que l’on est dans le mauvais chemin.

 

 

Concernant les semi professionnels et professionnels

 

L’acceptation de rôles ne convenant pas à sa voix (souvent sous l'incitation intéressée de l'entourage professionnel), la scène, le jeu de comédien sur une technique qui n’est pas totalement physiologique, sont des facteurs de perte de la voix, pour le moins, des qualités intrinsèques à chaque chanteur, et donc de brièveté d’une carrière.  Sans oublier le « mal-être » alors que chanter est un acte aussi naturel que parler, qui doit apporter le bonheur lorsque Dame Nature a donné un organe vocal qui s’y prête. 

 

Il doit être possible de chanter plusieurs heures de suite ou de reprendre un rôle complètement plusieurs fois d’affilé sans entraîner de fatigue qui, pour le moins, doit disparaître très rapidement.

 

Le chanteur professionnel est un athlète de la voix : ce qui ne signifie pas tonitruer à n’importe quel prix pour se prouver, par exemple, que l’on est chanteur d’opéra si ses dispositions l’orientent tout naturellement vers l’Opéra comique, voire l’Opérette.

 

Qui dit athlète, dit travail pour acquérir l’endurance. Le chanteur doit pouvoir tenir un concert ou un rôle autant de temps que nécessaire. Même si les contraintes professionnelles sont parfois très lourdes, le chanteur doit pouvoir assumer.

 

En venir à l'utilisation de produits donnant un coup de fouet musculairement pour se maintenir (telle la cortisone) ou à des "infiltrations d'huile dans la trachée pour assouplir " ne sont que de mauvaises ficelles, des palliatifs qui n'auront d'effets qu'un temps, voire dangereux. C'est soigner le symptôme et non le terrain.

 

A TITRE D'EXEMPLE: Vidéo de la première participation à un concert en tant que soliste, suite à admission à l'Ensemble Sequentiae après audition, d'un chanteur (COGE) après 18 h de séances rééducatives (entre avril et novembre 2018)

27/11/2018    Schubert: Gute Nacht

https://drive.google.com/open?id=1uSEYoSDnMcyQGd0bCVu1FYkNoJ5GdH3Q