LE CHANT 

 

PHYSIOLOGIQUE

       

          

        

 

27/06/2012

AVANT-PROPOS

 

Le chant, art noble entre tous, suscite passion mais aussi, et en toute bonne foi, empirisme démesuré… malheureusement souvent fatal aux apprentis chanteurs, amateurs ou futurs professionnels.

Ce que dès 2007, Graziella GONZALEZ a développé dans  le « Chant physiologique » et le « Préambule » de sa page  « Cours », est le résultat de son parcours atypique de chanteuse (ayant eu également affaire à de grands noms du chant…), de ses recherches et de ses observations personnelles en tant que Conseiller vocal, ayant de surcroît fréquenté de nombreux studios où se donnent des cours….

Pendant les cours et stages, Graziella Gonzalez  imite ce que fait le chanteur, montre l’exemple en permanence, fait sentir, entendre les différences : elle n’hésite pas lors des stages « longs », à proposer aux stagiaires d’assister à son travail personnel.

 

« Lorsque vous faites vos recherches, si vos conclusions expérimentales et thérapeutiques sont d'accord avec celles de vos prédécesseurs en la même question, rien ne dit que vous soyez dans le bon chemin, mais rien ne dit non plus que vous ayez tort. Si, au contraire, vos conclusions apparaissent diamétralement opposées à celles de vos devanciers, rien ne dit que vous ayez tort et peut-être même y a-t-il de grandes chances pour que vous soyez dans le bon chemin. De toute manière, persévérez ». (Professeur d’Arsonval)

 

Graziella GONZALEZ invite tous ceux qui seraient interpellés par ses propos (notamment parce qu’ils leur rappellent quelques souvenirs…), à se référer à un ouvrage qui, de façon scientifique, corrobore non seulement ses propos mais aussi ses explications et démonstrations techniques lors de ses cours et stages: « Les bases physiologiques du Chant » par le Docteur René GRAIN, Oto-Rhino-Laryngologiste de la Maison Départementale de Nanterre et Ancien Interne de l’Hôpital Prince Albert de Monaco. Edition « Chez l’auteur ».  Ouvrage qui devrait être la Bible de tout chanteur et surtout, de tout éducateur. 

 

Bien évidemment, il ne faut pas oublier « Mon Art du Chant » de Lili LEHMANN, "la plus grande technicienne qui ait existé" (Reynaldo HAHN) professeur de Géraldine Farrar et de Germaine Lubin, et cantatrice capable d’assumer un concert malgré une laryngite sans avoir recours au moindre  « artifice », mais aussi d’interpréter La Reine de la Nuit, un soir, et Sieglinde, le lendemain!

 

Il importe toutefois, pour les chanteurs débutants, de ne pas oublier que la « plongée » dans ce type d’ouvrage qui « intellectualise » le chant, peut entraîner une perte du naturel : or, c’est toujours la recherche de la spontanéité du geste vocal qui doit prédominer.

 

 

 

LE CHANT PHYSIOLOGIQUE

 

Pourquoi certains chanteurs conservent-ils leur voix jusqu'à la fin de leur vie tandis que d'autres vont inexorablement vers le déclin à partir de la quarantaine ou ne feront jamais la carrière à laquelle ils auraient pu prétendre?

 

Notre instrument est fait de cartilages, de ligaments, de muscles anatomiquement les mêmes pour tous mais physiologiquement différents (masse, élasticité etc),  tous dépendant les uns des autres.

 

Faire une fixation sur les cordes vocales est une erreur magistrale: elles dépendent de l'état du terrain auquel elles appartiennent.

 

Une approche totalement différente de la conduite de la voix permettant de pouvoir chanter en pratiquement toutes circonstances, de se rééduquer, de conserver sa voix jusqu'à la fin de sa vie comme il en a été des plus grands Artistes car il est anormal de "perdre" sa voix à 45/50 ans (voire bien avant!) et de devoir changer de répertoire pour masquer cette triste réalité.


Souvent, j'entends prédire une carrière internationale à de jeunes chanteurs effectivement prometteurs ... qui disparaissent après deux ou trois années de scène...

Sans oublier, malheureusement, les égosillements d'élèves appliqués, que l'on peut entendre deci-delà....
 
SYMPTÔMES PRINCIPAUX d'un fonctionnement non physiologique du larynx (dont la santé des cordes vocales dépend totalement): ressentir une GÊNE, BOIRE constamment (sensation de DESSECHEMENT des muqueuses), VOILE (appelé  « roulette »), sensation de PERTE DE LA SOUPLESSE , DIFFICULTE à atteindre les AIGUS (impression de "pousser"), FATIGUE rapide, ENROUEMENT (même passager) après avoir chanté une heure (voire moins), GRELOTTEMENT du menton et/ou de la langue, MOUVEMENTS LATERAUX de la MÂCHOIRE lors de la prononciation, OU MÂCHOIRE DE TRAVERS, GRIMACES (non voulues) en chantant...

Ces SYMPTÔMES sont la partie visible, audible, d'une DEGRADATION VOCALE évolutive qui peut rapidement devenir irréversible. Donc, la PERTE DE LA VOIX (détimbrage, chevrotement, perte de puissance....)


Savoir se remettre en question avec HUMILITE surtout lorsque l'on est professionnel, accepter l'impression de recommencer "à zéro", de reconsidérer sa pensée pour oublier les mauvaises habitudes, réfléchir, travailler et apprendre à ne pas se faire "plaisir"
 

 

ENSEIGNER UN CHANT PHYSIOLOGIQUE

 

 

TOUT CHANTEUR DOIT COMMENCER

PAR SE POSER UN CERTAIN NOMBRE

DE QUESTIONS.

 

Chaque chanteur est une entité aux qualités propres. Seuls, les défauts sont souvent les mêmes. Chanter ne doit jamais fatiguer.

 

Cela semble évident et pourtant... combien d’élèves, amateurs ou espérant devenir professionnels s’interrogent sur la “gêne” qu’ils ressentent dès qu’ils veulent émettre un son ou chanter un air: sensation de brûlure, de “serrage”, léger enrouement persistant après un cours (y compris de la voix parlée), voire un “souffle” (défaut le plus fréquent),...

 

Lequel ne s’est pas entendu dire que c’était parce qu’il s’y “prenait mal”, et que cela “passerait avec le temps”. Argument meurtrier car, bien au contraire, persister sans corriger constituera le ferment de problèmes vocaux à plus ou moins brève échéance, graves et parfois irréversibles!

 

Faire des vocalises n’importe comment est dangereux et improductif. Apprendre à sentir, analyser ses sensations internes et entendre est indispensable au chanteur, même amateur, pour pouvoir éprouver un réel plaisir en pratiquant en tant que soliste ou choriste.

 

Seul, le chant physiologique peut assurer la pérennité de la voix, pour le soliste mais aussi pour le choriste qui a tendance à “pousser” parce que noyé dans la masse sonore, il ne s’entend pas,  D’où la possible dangerosité de faire partie d’un chœur sans un travail vocal approfondi.

 

 

Le chanteur est un sportif de la voix, arrivé à un certain niveau, un athlète olympique . Pourquoi ne pourrait-il pas chanter plus de 45 minutes alors que les entraînements sportifs durent plusieurs heures (surtout à l'étranger)??

 

L'évolution de la technologie met à notre disposition de nombreux outils d'observation: vidéos, YouTube, retransmissions télévisées (rarissimes et pour les insomniaques).

 

On peut ainsi suivre l'évolution d'un chanteur au cours d'une carrière en chair et en os et grâce à ces technologies.

 

Or, il n'est malheureusement pas rare d'observer que tel ou tel artiste fait de plus en plus de "grimaces" non décidées pour une question d'expression théâtrale, la bouche de travers (principalement chez l'homme), la machoire inférieure, le menton ou la langue (voire les deux) qui grelottent (principalement chez la femme), ou bien encore la tête qui se tourne systématiquement de tel ou tel côté, voire qui se penche sur l'épaule dès que la voix doit monter au-dessus du la du diapason....

 

Autant d'"attitudes vicieuses" qui devraient alerter le chanteur lui-même mais surtout, son entourage professionnel immédiat avant que l'on entende parler d'opération des cordes vocales, principalement des nodules, signes de forçage musculaire.

 

Il ne suffit pas non plus de "prendre le larynx entre les doigts et de le bouger latéralement pour l'assouplir" comme expliqué à la télévision par un professeur de chant, à une jeune chanteuse qui se plaignait de sentir une fatigue importante au niveau de son larynx.

 

"Enseigner est la recherche permanente de la personnalité du chanteur et la perfection de son extériorisation sonore"

 

Dans 99% des cas, "les qualités et les défauts de l'élève sont le reflet fidèle des qualités et défauts de l'éducateur".

 

Tout simplement parce que "les qualités certaines de l'un sont inadaptables à un organe vocal dont les qualités sont différentes voire totalement opposées. Ce qui est, en principe, absence d'efforts chez l'un, devient source d'effort constant chez l'autre pour tenter d'adapter le larynx au son émis".

 

Le bon fonctionnement des cordes vocales n'est que la conséquence d'un bon fonctionnement du larynx: "Le véritable moteur se trouve non pas dans les cordes, mais autour d'elles" 

 

Tout larynx a 3 mouvements physiologiques de base qui ont une conséquence directe sur les cordes vocales.

 

En effet, si les cordes vocales ont leurs 3 propres mouvements, elles épousent également les 3 mouvements physiologiques du larynx en raison de leur point d'attache antérieur sur l'équipage mobile du larynx.

 

Si l’un de ces mouvements physiologiques du larynx est déficient ou qu'ils ne sont plus "synchrones" , le bon fonctionnement des cordes vocales en sera automatiquement altéré et la dégradation vocale sera en embuscade car rien ne « s’arrange avec l’habitude » : détimbrage, perte de l'étendue vocale (aigus et/ou des graves), voile (appelé roulette) par perte de souffle, grelottement du menton et/ou de la langue ou autres attitudes vicieuses telles mâchoire qui s’abaisse de travers, tête qui se penche ou se tourne d’un côté dès que l’on monte, perte de la souplesse, perte de volume sonore (combien de femmes, ayant une voix dite "lyrique", chantent comme une jeune fille n'ayant pas terminé sa puberté alors qu'elles ont plus de 20 ans!).  

 

 

Il existe deux types d'émission

 

1)  "l'émission en contraction" ou "physiologie normale de l'émission : d'où l'infatigabilité du larynx par fonctionnement parfait et harmonieusement équilibré"

 

Avec cette émission physiologique, on ne peut que constater la disparition des notions de "passages" (l'angoisse permanente d'un grand nombre de chanteurs) et même de "technique italienne" et de "technique allemande"

 

2)   "l'émission en tension" ou "physiologie pathologique de l'émission sonore (mouvements musculaires inversés, hypotonie, hypertonie, inflammation de la muqueuse laryngée...): "succession d'acrobaties, de trucages, de poussage et de forçage n'ayant aucun rapport avec le chant"

 

 "L'émission en tension n'est qu'un procédé d'émission secondaire, de remplacement et de substitution, donc pathologique, générateur au plus haut de cette fatigue et de cette dégradation vocale si redoutée".

 

 

Le fonctionnement physiologique du larynx commence par une respiration physiologique qui, seule, permet l'accouplement parfait de tout l'organe vocal tel un puzzle, et ce, sans aucune "ficelle"

 

De façon surprenante, dans la plupart des cas, l'élève chanteur est incapable d'expliquer comment il respire ou bien il répète ce qu'il a entendu dire sans pouvoir en expliquer le mécanisme: il parle de "respiration par la bouche", "de pousser quelque part par là", de "diaphragme", de "poumons", de "point d'appui pelvien" etc.... mais de l'organe de la respiration, le nez, il n'en parle pas spontanément comme s'il ne connaissait pas!

 

Résultat: il faut en passer par une véritable "rééducation ", c'est à dire la "restauration du tonus et de la souplesse" de muscles bien spécifiques à la seule respiration qui soit physiologique 

 

C'est précisément ce "tonus" qui entraîne systématiquement la tonicité et toute la mise en place physiologique de l'appareil vocal car tous les muscles ont une incidence les uns sur les autres: la tonicité de ces muscles spécifiques entraîne celles du voile du palais, de la position de la langue, de la suspension du larynx et donc de son operculation,etc....   (Lili LEHMANN "Mon art du chant") 
 
Le chant physiologique (assurance de la bonne santé de la voix), est tributaire du fonctionnement parfaitement physiologique du larynx, c’est-à-dire le respect de ses 3 mouvements physiologiques de base, eux-mêmes intimement liés à une respiration physiologique basée sur la façon de prendre l'air, donc la qualité et non la quantité.
 
 
Respiration physiologique qui seule permet l’assemblage de l’appareil vocal tel un puzzle, et surtout, la tonicité musculaire sans contrainte de cet assemblage. 
 
 
Respiration physiologique qui, seule, permet à l’oxygène de parvenir jusque dans les moindres méandres du cerveau (d’où, parfois, alliant la richesse harmonique du son, la sensation de tête qui tourne), et d’atteindre les alvéoles dans lesquelles se font les échanges gazeux (transformation du gaz carbonique).
 
Outre le bien-être psychologique ressenti, la sensation de détente, il s’agit d’un véritable massage musculaire : la musculature s’assouplit et reste souple même après 2 heures de travail, aucune sensation d’assèchement des muqueuses (entraînant le besoin de boire fréquemment).
 
 

C'est ainsi que le larynx, totalement mobile, souple, pourra effectuer tous ses mouvements physiologiques qui se modifieront pratiquement d'eux-mêmes, selon l'écriture muusicale, selon la phrase musicale, selon le mot, la syllable, la voyelle.

 

Avec cette émission physiologique, tout le processus vocal devient d'une grande simplicité: on ne peut que constater la disparition des notions de "passages" (l'angoisse permanente d'un grand nombre de chanteurs) et même de celles de  "  technique italienne" et  " technique allemande".

 

Comment autant d'élèves chanteurs peuvent-ils se retrouver avec un "voile" sur la voix (détimbrement du son par fuite d'air), sans que ni l'élève ni le professeur ne s'en inquiètent, parfois pendant plusieurs mois (voire années) alors qu'il est notoire qu'il s'agit du premier stade de dégradation vocale: le non affrontement des cordes vocales ?

 

Bien évidemment, cela ne signifie pas que l'on n'utilise jamais une prise d'air par la bouche parfois nécessaire en cas d'enchaînements très rapides, mais elle sera complémentaire et effectuée de façon bien spécifique et ne risque pas de désassembler le puzzle musculaire vocal.

 

 

COURS, STAGES INTENSIFS

 
Nombreuses formules au choix
Prise en charge de la formation
(Inscription gratuite sur le site)

Plaquette Stages