top of page

Du Débutant amateur au professionnel en difficultés

PRESTATAIRE indépendant  DE FORMATION PROFESSIONNELLE

 Déclaration Préfecture de Région ILE-DE-FRANCE N°11770687577 attribué sur dossier professionnel complet. 

Ne vaut pas agrément de l'Etat. Devis/Facture, Contrat de Formation Professionnelle,  Convention (Art. L.6313-3 et suiv. du CT)

(Demandes de financement notamment auprès de l'AFDAS et FIFPL) 

Adhérente à l 'ASCORF

Francis POULENC - La voix humaine (Extraits)

Graziella GONZALEZ (Chant)

Richard ANDERSON
(Piano)

 

QUELQUES ECHOS

SUR LE PROFESSEUR  (VII)

A TITRE D'EXEMPLES

Quelques VIDEOS COMPARATIVES d’ores et déjà en ligne  

2016

22/08/2016, Marie J., (75) - Stage juin (par e-mail) : « Le stage m'a déjà appris beaucoup »

04/08/2016, Nicolas REMOUE, CRR niveau semi-professionnel, Chant lyrique et Variétés, pianiste, Chef de choeur (974), - Stage Rochefort juillet (dépaysé à Paris en raison de travaux au Conservatoire de Rochefort) - après 1er stage en juin à Paris (par e-mail) : « même le peu que j'ai pu faire m'a apporté encore des nouveautés, c'était profitable. Je t'en remercie, ainsi que pour ta patience et ta sollicitude, pour ton écoute et ta passion. Nous aurons l'occasion de nous revoir à l'occasion d'un prochain stage, dans de meilleures conditions »

29/07/2016, Isabelle P., professeur de musique, 10 années d'études de chant (dont 3 années en Conservatoire puis 3 années en CNR)  (75), -  Stage de Rochefort rapatrié à Paris suite à fermeture du Conservatoire pour travaux - 4ème et dernière journée de stage :

Bach - Passion selon St Matthieu  (Erbarme dich) :

Nouvelle façon : « J'essaie d'appliquer mais je me suis rendue compte que j'ai encore mes vieux réflexes... J'ai senti que ça ne bougeait pas . C'est resté ouvert derrière »

Ancienne façon : « Je trouve ça plat. J'ai entendu une petite fille »

 

Mascagni - Iris (Canto di una Guècha) : « J'entends un moustique. J'ai envie de me claquer contre un mur. C'est atroce »

50 min après : « Je me sens bien. Le chevrotement est apparu cette année... je l'ai entendu tout de suite pendant mes cours. Pour moi, on répare tout de suite l'instrument. ...Là, je suis dans la sensation. C'est une bonne chose... je suis "droguée" mais légale... C'est vraiment ça... Je suis dans du coton... Je plane. Là, je peux chanter des heures... Ce n'est que de la douceur ; il y a juste la vibration »

 

Saint-Saens - Samson et Dalila (Mon coeur s'ouvre à ta voix)

« Tout à l'heure, c'était serré... Je me suis accrochée à ma mâchoire pendant des années... Je ne me suis pas assise dans mon corps... Là, je me sens pas trop mal ; il y avait encore un petit truc... je me suis sentie me refermer, j'ai fait ce que j'ai pu pour rattraper... »

« Le professeur au Conservatoire m'a tenu la jambe pendant une heure! 60 minutes! parce qu'il ne comprenait pas que je ne puisse pas mettre les orteils à plat! Il les voulait à plat! Je n'y peux rien, ils sont repliés! Il les a mis à plat ... mais je ne tenais plus debout! Ça m'arrive même de marcher dessus!... j'ai eu mal aux orteils et ça ne m'a rien apporté!! »

« Il y a des trucs qui se mettent en place.. Je suis venue au stage parce que je n'avais plus de cordes vocales. Je me suis dit, elle va me réparer parce que je suis cassée. Mon but, là, c'était vraiment de réparer. J'ai lu ton descriptif... ce que tu as écrit par rapport à ça dans ton annonce, puis sur ton site. J'ai comparé avec plusieurs stages et c'est ce qui m'a semblé correspondre. réparer, c'était clairement ça mon but... J'en suis arrivée à ne plus supporter ma voix chantée... j'en pleurais, j'en déprimais au dernier degré.... Je sais que si je répare, le reste suit...  »

 

Après deux heures de travail : « Je me sens bien. Je n'ai pas chevroté »

Après fin de journée (six heures de travail) et fin de stage : « Je me sens suspendue. Je me sens bien. Pas de fatigue. Je pourrais continuer des heures. Le français, ça passe. Il y a plein de trucs qui se sont mis en place »

28/07/2016, Isabelle P., professeur de musique, 10 années d'études de chant (dont 3 années en Conservatoire puis 3 années en CNR), (75)  -  Stage de Rochefort rapatrié à Paris suite à fermeture du Conservatoire pour travaux - 3ème journée de stage : 

Travail technique : « LE  VOILE est PARTI. Je l'entendais DEJA MARDI. Je l'entends même sur ma voix parlée. Je suis arrivée, elle était éraillée. Là, elle est plus aigue, plus nette. Elle n'est plus du tout écrasée.... ça commence à vibrer. Du coup, j'ai l'air hébété »

28/07/2016, Lila D. 8 années de chant, DEM Chant du Conservatoire de ..., licence de Musicologie, rentre en Master à l'Université de Montréal (77) - Stage de Rochefort rapatrié à Paris suite à fermeture du Conservatoire pour travaux - 3ème journée de stage :

« J'ai tenté les Conservatoires de Lyon et Paris. Je passe les premiers tours mais je ne rentre pas. Ça ne marche pas pour moi. Donc, un professeur de Montréal ...est venu faire une masterclass au Conservatoire. On s'est bien entendues. Il y a un partenariat France Québec. Ils viennent auditionner en France. Ça a bien marché, donc j'avais une opportunité.... Le contre-ut ne pose pas de problème. C'est plutôt tout le reste. Les profs m'ont toujours dit qu'en respirant par la bouche, tout se met en place . On m'a donné l'image de l'inspiration par la bouche mais qui, évidemment, doit faire l'ouverture derrière le nez, l'ouverture du palais mou etc.... On m'a reproché la dernière fois que j'ai tenté l'entrée à Lyon, c'était M... que ma lèvre remontait trop sur les dents... C'est pareil quand j'ai passé le DEM, la chef de chant ... m'a dit en gros que je n'avais pas un beau visage quand je chantais. Du coup, je me demande ce que je ne fais pas bien... C'est en France qu'on m'a fait travailler comme ça! »

Ancienne façon : « le contre-ut, généralement je n'ai pas trop besoin d'y réfléchir... je suis soprano léger. Ça vient relativement tout seul mais malgré tout, là, il a failli lâcher! »

 

Nouvelle façon : « j'ai l'impression que ça m'a fait bouger les oreilles et le haut du crâne!  … Oui, ça va m'apporter par rapport à cette ouverture qui va me permettre d'avoir autre chose que juste une petite voix de soprano léger »

26/07/2016, Isabelle P., professeur de musique,10 années d'études de chant (dont 3 années en Conservatoire puis 3 années en CNR), (75)  -  Stage de Rochefort rapatrié à Paris suite à fermeture du Conservatoire pour travaux - 2ème journée de stage : 

Ancienne façon : « Je descends bas mais en fait, ça ne dure pas longtemps. Le fa grave, je fatigue... »

Nouvelle façon : « ça commence à vibrer. Du coup, j'ai l'air hébété »

26/07/2016, Nicolas REMOUE, ténor, CRR niveau semi-professionnel Chant lyrique et variétés, pianiste, Chef de chœur, (974) - (1er stage, juin) - Stage de Rochefort rapatrié à Paris suite à fermeture du Conservatoire pour travaux -  2ème journée de stage  :

« Je suis déjà beaucoup plus à l'aise en quelques semaines. …J'arrive à faire des choses et je me sens... mieux. J'avais une espèce de trac tout le temps pour monter. Je l'ai beaucoup moins régulièrement. Ça se passe encore de temps en temps mais moins. C'est vrai, j'avais le trac. Surtout, un truc que tu m'as bien appris: Cest de ne pas en avoir peur... j'étais terrifié à l'idée de ce genre de chose. J'ai plusieurs profs qui m'ont dit "attention, là, tu as fait une bêtise. C'est pas bien sorti"; Donc, tout de suite, je coince! C'est une super mauvaise idée... c'est vrai, tout à fait  (de 24 h en 24 h, de petites portes s'ouvrent). C'est ce que j'ai eu déjà dans le dernier stage, entre le samedi et le dimanche, j'ai senti des choses. C'est IMPRESSIONNANT! »

« Tu avais dit autre chose... c'est la respiration que tu conseilles par rapport au sport.…Je suis allé au Mont-Saint-Michel : je suis monté d'une traite jusqu'à l'Abbaye, sans m'arrêter, en respirant comme ça.... Alors qu'avec mon gabarit, je savais que j'allais (imite l'essoufflement) sur la fin... Pour marcher, monter les marches, c'est vraiment très bien ! Je ne pensais pas y arriver d'un coup et puis finalement, je suis monté jusqu'en haut, sans être fatigué en plus en arrivant ! Je sentais que j'avais fait un effort mais... on est bien »

Sur le travail des consonnes : « Je m'aperçois que toute cette partie-là (montre la partie médiane des lèvres), c'est de la guimauve alors que (montre les commissures des lèvres), je sens les muscles »

Commentaire Isabelle « en polonais, les consonnes sont carrément en arrière »

Nicolas : « même en allemand, c'est déjà derrière. Moi qui fais de l'allemand, c'est déjà en arrière. Peu de chanteurs savent chanter en allemand »

26/07/2016, Nicolas REMOUE. CRR niveau semi-professionnel Chant lyrique et variétés, pianiste, Chef de chœur, (974) - (1er stage, juin) - Stage de Rochefort rapatrié à Paris suite à fermeture du Conservatoire pour travaux - 2ème journée de stage : « J'ai senti que (le geste en trop) m'a déplacé ..J'étais bien placé et j'ai complètement dévié après... J'étais bien et j'ai tout perdu »

25/07/2016, Isabelle P., professeur de musique, 10 années d'études de chant (dont 3 années en Conservatoire, puis 3 années en CNR) (75) - Stage de Rochefort rapatrié à Paris suite à fermeture du Conservatoire pour travaux - 1ère journée de stage :

Sa présentation : « je préviens, j'ai les cordes vocales dans un état absolument terrifiant…J'ai honte, je suis arrivée à ne plus oser chanter. C'est atroce... je ne reconnais ni ma voix ni ma manière... Je n'arrive pas à récupérer... il y a eu (une voix) quand j'entends de vieux enregistrements, je ne reconnais pas... c'est très douloureux... J'ai commencé à chanter après un accident... quand j'étais ado, j'avais tendance à crier... Assez rapidement, on entendait un souffle derrière. On s'est aperçu que j'avais une déformation des cordes vocales... elles faisaient un X... J'ai passé ma vie en apnée depuis mon enfance. Me mettre en apnée était très naturel. Mon corps arrivait à sortir des sons tout en étant en apnée... J'ai commencé la danse. Donc on rentre le ventre, respiration haute, on ne respire pas. J'ai fait de la rééducation. On m'a appris à respirer : ce qui a tout remis droit et donc il n'y avait plus de problème.... Je recommence à faire des auditions pour refaire des concerts... et là, je ne peux pas physiquement de moi-même ; il faut qu'on m'aide à remettre le pied à l'étrier...

J'ai commencé la toute première année, j'avais 17/18 ans...Je suis rentrée au Conservatoire …, j'en avais 20, puis au CNR de … à 23 ans... jusqu'à 26. J'ai pris des cours particuliers avec.... (le phoniatre qui a redressé mes cordes vocales quand j'avais 20 ans) puis avec ... (baryton connu)...  qui m'a fait d'excellents cours... très productifs...

Avant je montais au contre-sol ... quand je suis rentrée au Conservatoire... J'avais une très large tessiture et mon professeur ne savait pas. Donc, il m'a fait chanter en soprano puis un an en mezzo, un an en soprano, un an en mezzo... parce que, quand il me faisait travailler en soprano, il entendait mes graves, donc il me faisait redescendre... on sentait que le soprano, c'était ma hauteur mais en même temps ça avait du mal... on avait vérifié avec un spécialiste des cordes vocales, ils avaient vu qu'avec ma fréquence être soprano ça allait, soprano lyrique mais soprano quand même... Quand on me faisait travailler en soprano, j'avais de plus en plus de graves et donc, au bout d'un moment, on me faisait chanter en mezzo. J'avais de très beaux graves, le problème est qu'on sentait que j'avais envie de monter en aigus. Donc, ils ne savaient pas trop comment gérer ma voix et en fait, ne comprenaient pas... je suis allée voir un autre phoniatre, il y a deux ans... »

 

Travail technique :

Nouvelle façon : « Quand je suis montée, je me suis rendue compte que ça s'élargissait... jusqu'au moment où je passe dans une petite voix de tête qui commence à être un peu (montre rétrécissement en largeur), que je commence à trafiquer...

 

Nouvelle manière/Ancienne manière : « La 2ème fois , ...Le son était plus pur... il n'y avait pas de cochonneries. Tout à l'heure, j'avais du mal,. Je faisais vraiment des paliers... LA, le son était comme un coup de pinceau.. plus suivi... s'étale... le souffle était pareil... comme en aquarelle avec de l'eau qui s'étale... un côté complètement lissé, uniforme... Le son est plus pur, les cordes s'affrontent mieux, le souffle est posé et en fait, il maintient le tout. Tout  à l'heure, le son était moche, agressif...  Le voile a diminué, il y avait moins de souffle sur le son.... le voile a disparu ! »

20/07/2016, Nicolas REMOUE, ténor, CRR niveau semi-professionnel Chant lyrique et variétés, pianiste, Direction de chœur (974) - 1er Stage juin (par e-mail) :

« j'ai beaucoup apprécié l'ambiance, c'était amical, familial, amusant, agréable. Cela faisait plaisir d'y être. La partie théorique sur l'explication du système respiratoire et tout était vraiment très intéressant, c'est bien la première fois que j'ai eu une présentation aussi complète du sujet qui est pourtant fondamental, et j'en ai tiré beaucoup de choses.

On maîtrise mieux les choses une fois qu'on comprend comment cela fonctionne, et le fait que tu nous fasses sentir les choses en nous permettant de tâter ta gorge, c'est très efficace.

J'ai découvert beaucoup de choses et j'ai appris à mieux savoir où regarder, quoi ressentir, et surtout comment interpréter des sensations que j'avais mais … ne savais pas décoder. Cela m'apporte beaucoup et me permet de continuer à progresser depuis…

Mélanger des genres de niveaux divers et d'influences diverses est une richesse incontestable, et pour moi c'était d'autant plus un laboratoire et un observatoire passionnant

J'adhère complètement à l'idée qu'il y a un équilibre à trouver ... qu'une verticalisation excessive ne fait que comprimer l'appareil vocal, l'empêchant de fonctionner naturellement. Et pour m'avoir permis de mieux prendre conscience de cela, et donc m'avoir donné de nouvelles pistes, je t'en remercie beaucoup….

Ce que j'ai appris sur le plan vocal, sur ma propre technique : j'ai mis en pratique les quelques exercices dès le samedi en sortantdès le samedi soir, et surtout le dimanche matin, … plus d'aisance, …ce fameux passage de voix ... de moins en moins embêtant, et parfois je ne le sens même plus du tout. Je dois avouer que j'ai été AGREABLEMENT SURPRIS DE LA RAPIDITE DE CETTE EVOLUTION. Moi qui, … étais dubitatif et un rien frustré en sortant le samedi soir, rien qu'en explorant ma voix, EN QUELQUES HEURES, j'ai pu voir que j'en avais tiré de REELS BENEFICES. Ma voix me semble beaucoup moins dans le souffle dans les aigus ….

Tout ce que tu nous as expliqué sur le placement du larynx, la partie mobile, son fonctionnement, et le fait que j'ai pu le sentir, puis finalement savoir quoi ressentir et tacher de le reproduire (...), c'est TRES PRATIQUE ET EFFICACE, si on trouve où chercher.

 

L'autre chose primordiale que j'en ai gardé aussi, c'est le fait de ne pas avoir peur que ça ne sorte pas, que ça coupe, qu'il y ait un trou. C'était une de mes hantises, je voyais cela toujours comme un échec. Mais expliquer que c'est tout à fait normal et passager si on l'accepte, ça change réellement tout ! C'est un stress en moins, et moins de stress détend d'autant plus et fait gagner en confiance en sa voix. … l'attaque du son dans la douceur, c'est excellent aussi. J'ai toujours été dérangé par le fait qu'il me fallait un volume minimal pour émettre un son, alors qu'en fait pas du tout, mais tout était trop tendu pour vibrer tranquillement.

Bref, de tout cela, j'ai gagné en confiance, en détente, en aisance, en virtuosité je dois l'avouer, je m'amuse beaucoup plus, j'ai beaucoup moins peur. Même si techniquement j'ai encore beaucoup à apprendre, c'est un pas décisif pour moi.je maîtrise très mal mon registre aigu (maintenant mieux déjà) et encore moins bien la partie suraiguë de ma voix (même si c'est déjà moins le massacre qu'avant). Mais je sais pourquoi ça ne marche pas… j'ai peur que ça coince, que ça se tende, que ça ne sorte pas, et du coup, forcément, c'est ce qui se passe, le larynx remonte d'un coup, la gorge se serre, la respiration n'est plus efficace, et tout ce qui s'en suit. Et même pour le reste, du plus grave à mes aigus, j'ai encore du travail pour que tout devienne réflexe, mais j'ai trouvé de nouvelles voies de recherches, et j'ai été TRES SURPRIS DE LA RAPIDITE DES PROGRES que l'on peut faire avec si peu.

 

Voilà de façon détaillée mon retour sur le stage. J'ai donc retiré beaucoup de choses que ce soit en sentant les choses, les essayant, ou en observant, C'ETAIT RICHE BIEN QUE TROP COURT »

18/07/2016, Gregory C., guitariste (75) :  « je pratique régulièrement ce que nous avons vu pendant stage de juin et malgré mon peu d'expérience, je constate à chaque fois les bénéfices de cette base technique que je commence à mieux ressentir et c'est un vrai plaisir ! Encore merci pour cette ouverture au monde de la voix »

14/04/2016, Elisabeth M., 5 années en Conservatoire (77) : « ... Je viens d'avoir mes résultats d'examen : en déchiffrage chanté: 16 et le chant appris et travaillé avec vous: 20!!! Je n'en revenais pas!  MERCI »

14/02/2016, Luise F., production Allo Floride, (75) (par e-mail) : « Je travaille!!! C'était bien ce cours! ça m'a donné la pêche! comment continuer  à chanter sans toi »

bottom of page