top of page

MEAUX - Château-Thierry (Région) - PARIS 

Bilan vocal, Cours de Chant (recherche physiologique),

Stages privés et collectifs, Formations Professionnelles

À DOMICILE (Sauf Paris), EN STUDIO                            PAR VISIOCONFÉRENCE

Du Débutant amateur au professionnel en difficultés

PRESTATAIRE indépendant  DE FORMATION PROFESSIONNELLE

 Déclaration Préfecture de Région ILE-DE-FRANCE N°11770687577 attribué sur dossier professionnel complet. 

Ne vaut pas agrément de l'Etat. Devis/Facture, Contrat de Formation Professionnelle,  Convention (Art. L.6313-3 et suiv. du CT)

(Demandes de financement notamment auprès de l'AFDAS et FIFPL) 

Adhérente à l 'ASCORF
CNM-logo_rvb-02-1024x470-2.jpg

Francis POULENC - La voix humaine (Extraits)

Graziella GONZALEZ (Chant)

Richard ANDERSON
(Piano)

 

A TITRE D'EXEMPLES

Quelques VIDEOS COMPARATIVES d’ores et déjà en ligne  

2024

07/02/2024, Marion Formisano, mezzo-soprano, stage Paris WE 3 et 4 février 2024, 5 séances de rééducation vocale en avril puis septembre et octobre 2023 (94) :

« Voici mon rapport détaillé sur mes sensations :

J'ai en effet senti plus que réfléchi. Je n'ai pas ressenti de gêne ou de douleur, pas de tiraillements, pas de maux de tête. Pas de fatigue non plus. J'ai par contre ressenti une tonicité générale, pas de poids sur le ventre et les intestins, et au fur et à mesure que je travaillais j'ai eu l'impression d'être dans un petit cocon. Ma langue se réveille, elle qui a été trop longtemps oubliée et je pense qu'on va bien travailler ensemble. Franchement, je ne savais pas que je n'articulais pas assez et j'ai bien mieux compris cette histoire de moule à gâteau dans lequel se glissent les voyelles. On me l'avait déjà dit, pas de cette façon, je le savais intellectuellement, mais là je l'ai vécu. Au quotidien, je respire surtout ... depuis un an, et là j'ai poussé la respiration plus loin, j'ai respiré encore plus pleinement. Les ..., c'est hyper simple et vraiment ça fait tout et en plus c'est agréable. Je comprends mieux cette idée de rester préparée entre les phrases, c'est une posture générale qu'il ne faut pas avoir peur d'assumer. Cette fois-ci, je n'ai pas essayé de "chanter de façon lyrique", avec tout le blocage que ça aurait induit pour le larynx, ce qui aurait rendu la première note franchement désagréable à l'oreille et inconfortable (même si celles que j'ai faites durant le stage n'étaient pas pleinement satisfaisantes d'un point de vue physiologique, j'aurais pu aller plus loin, mais j'y arriverai un jour). ... intention que je n'avais pas du tout explorée avant le stage. Je me suis regardée chanter ensuite dans un miroir et finalement, ça me va bien ... en chantant, ça me parle plus que le fameux "sourire intérieur" dont m'ont parlé tous mes profs de chant avant. 

 

J'ai bien aimé quand Jean-Yves a dit que pour chanter il faut être bien dans ses baskets et que les chanteurs sont des artistes du corps, et donc que se tenir sur scène ça s'apprend. 

Lorsque Bérénice a dit que ... [faire travailler cette partie ou ne pas faire la faire travailler] en chantant produisait sur ma voix l'effet d'un bouton "on/off", c'était très parlant. C'est une des images que je vais garder, avec celle de garder le son pour soi. Je me suis sentie plus assurée lorsque vous avez partagé ce que vous ressentiez après m'avoir entendue, car ça validait les sensations physiques que j'avais : par exemple, la sensation que le son "roule", qui correspondait vraiment à la sensation que le son "roulait" sous le voile de mon palais. C'est très important pour moi de dire que je ne me suis pas sentie jugée, malgré le fait que je n'étais pas au point sur les partitions.

Je pense que je vais enfin réussir à avoir une voix lyrique, ou plutôt à la laisser sortir. Par contre, quand j'entends ma voix dans les enregistrements, honnêtement c'est pas fou fou. C'est encore tout coincé, mais certaines choses que j'entends me surprennent (en bien) car j'ai l'impression que c'est quelqu'un d'autre qui chante. Je suis un peu désolée pour vos oreilles, c'est là qu'on voit qu'un prof peut vraiment passer outre beaucoup de choses pour que son élève puisse évoluer. J'ai très envie d'être assez avancée pour savoir travailler sur les couleurs des voyelles et aller vers une interprétation juste.

 

Assister au travail de Bérénice était enrichissant, car j'ai pu entendre de l'extérieur l'influence du moindre petit changement physiologique sur l'émission du son. J'ai pu lui partager mes idées, ce qui a fonctionné pour moi. J'ai surtout été surprise qu'elle ne soit pas sur la réserve et qu'elle ne paraisse pas crispée, alors que cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas chanté. A sa place, il y a quelques années, j'aurais été presque incapable d'émettre le moindre son, car j'aurais eu trop peur d'être jugée (par des musiciens professionnels ou par des chanteurs apprentis considérant qu'ils étaient la prochaine super star).

Et surtout, en conclusion : je suis repartie avec un grand sourire, que je garde depuis dimanche. Je n'en pouvais plus de chanter pour les murs de mon appartement, donc plus il y a monde dans un stage, même des invités surprise comme le copain de Bérénice, mieux c'est. Le chant, ça se partage, quoi ! » 

STAGE DU 3 et 4 FÉVRIER 2024

En préparation

04/02/2024, Marion Formisano, mezzo-soprano (94) : «Merci beaucoup pour notre travail : je repars avec des clés » 

18/01/2024, Marion Formisano, mezzo-soprano (94) : 

« J'ai commencé à travailler ma voix à 18 ans, en tant que soprano. J'ai eu une dizaine de professeurs de chant au total. J'avais eu une très belle expérience avec une professeure de chant que je sollicitais ponctuellement, dans le Nord de la France : une bienveillance extrême et des résultats très encourageants.

Mais en réalité, j'ai surtout enchainé : des maux de tête énormes après avoir chanté, des moments où ma voix craquait, un enrouement de la voix, des cours de QiGong, de l'acupuncture et de la sophrologie à répétition pour régler tous ces problèmes. Cela n'a servi à rien du tout pour ma voix. J'ai perdu confiance, j'ai arrêté le chant durant 5 ans. Je ne comprenais pas ce qu'on voulait me faire faire et je me sentais vraiment inadaptée et franchement nulle. De plus, je n'avais pas un niveau de solfège très élevé pour une personne qui se disait musicienne. Étant enseignante de français en collège et formatrice d'enseignants, j'utilisais également ma voix au quotidien. A l'issue du confinement de 2020, j'ai compris qu'il fallait que je reprenne le chant et aussi qu'il me fallait une aide vocale pour faire cours à mes 6e et 4e. J'ai obtenu de faire cours avec un amplificateur de voix –très mauvaise idée à plusieurs égards. Ressentant une fatigue vocale au quotidien malgré tout, et sur les conseils de ma professeure de chant d'alors, j'ai consulté une phoniatre.

Son examen a révélé que :

-          Je n'avais pas de lésions aux cordes vocales, ce qui m'a énormément apaisée.

-          Je ne chantais pas dans la bonne tessiture : les oscillations de ma voix montraient que je suis mezzo-soprano, je me suis enfin sentie comprise.

J'ai consulté une orthophoniste durant un an pour dysphonie (je chantais et parlais en apnée), trouble qui constitue une urgence orthophonique.

A l'issue de ma rééducation vocale, je suis entrée en conservatoire, jusqu'à me sentir à l'étroit dans ma voix (craquements, trous dans la voix, mais mon professeur me faisait faire des vocalises à répétition, et je ne parvenais même plus à chanter dans le grave...et le pire, c'est qu'on me disait que c'était parce que je ne faisais pas ce qu'il fallait techniquement).

Mon tout premier professeur de chant m'a mise en contact avec Graziella. Depuis, j'ai fait plusieurs aménagements : j'ai changé de métier et je chante tous les jours en appliquant les « trucs » de Graziella. Cela fait un an que nous travaillons ensemble, même si nos cours ne sont pas à échéance très régulière, à cause de mes changements professionnels –ce n'est pas du fait de Graziella.

Son enseignement est très original et extrêmement bienveillant, à contre-courant. Je trouve que Graziella est une bonne enseignante, sur laquelle on peut compter. Chose vraiment rare, elle adapte son enseignement minutieux à mes besoins et fait preuve de détente. Ce n'est pas une recherche exclusive de la justesse des notes et du respect des rythmes de la partition, ce à quoi se résument les pratiques de beaucoup de professeurs de chant. Graziella ne laisse rien passer, et enfin je peux travailler sur le phrasé, sur la couleur. Aucun professeur de chant n'a été capable de m'enseigner cela auparavant. Elle a une haute estime de son art, c'est pourquoi elle sait être patiente et donner des consignes claires. En fait, elle pratique la communication non violente et l'enseignement explicite.

Je chante sans douleurs, grâce à son écoute fine et ce même lorsque je travaille seule. J'ai des repères dans ma voix, j'ai gagné en autonomie. Ce n'est pas parfait, mais il faut laisser le temps au temps.

La santé de la voix avant tout. Si vous avez mal après un cours de chant et que votre professeur n'a pas réussi à répondre à vos questions, un conseil d'ami : fuyez, vous le valez bien.» 

bottom of page